dr. Dorin Dragoş

Chaque plante guérissante est un rayon
vers l'éveil de l'âme et vers la redecouverte de l'essence.

Phytothérapie psychocausale


Allez à la page:

d’Accueil   Causes psychoémotionnelles des maladies   Phytothérapie psychocausale  

Camomille Cannelle Capucine Cardamome Carthame des teinturiers Carvi Cassia Cassis Cataire Centaurée Centinode Chanvre sauvage Chardon bénit Chardon bleu Chardon marie Chélidoine Chicorée Chiendent Citronnelle Clous de girofle Consoude Coriandre Cresson Cumin des près

Camomille

Chamomillae flores — les fleurs (les capitules floraux) de l’espèce Matricaria chamomilla L., fam. Asteraceae  

Musetel
Le produit contient de l’huile essentielle; des principes amers sesquiterpéniques proazuléniques; tanin; flavonosides; coumarines; acides polyphénol-carboxyliques (caféique, chlorogénique); composés azotés (choline, stachyidrine, bétonicine, aminoacides, une lectine immunomodulatrice); polyines; oses; acides organiques (aconitique, malique); vitamines (E et K); phytostérols (β–sitostérol).

La camomille est antiinflammatoire par les composés azuléniques, cicatrisante, épitélisante, radioprotectrice, antiulcéreuse — elle stimule la synthèse des prostaglandines gastroprotectrices, par la chamasulène et le bisabolol, des constituents de l’huile essentielle; elle est utilisée dans les inflammations et/ou ulcérations respiratoires, digestives, urinaires, cutanées, oculaires.
Elle est antialergique par la chamasulène.
Elle est recommandée en affections cutanées: eczémas, plaies, irritations, fissures, brûlures, piqûres d’insectes, engélures, contusions Elle est indiquée dans les affections urinaires (cystites, glomérulonéphrites, néphrites interstitiales) et génitales (dysménorrhée).
Elle est indiquée dans les affections digestives supérieures: stomatites, pharyngites, oesophagites, gastrites, duodénites, ulcère gastrique, ulcère duodénal; dans les affections de la cavité bucale et du pharynx on l’administre sous forme de gargarisme.
Sous forme d’aérosols, elle est recommandée dans les affections respiratoires supérieures: sinusites.
Elle est bénéfique aussi dans les affections respiratoires inférieures: bronchites.
Elle est utile dans les affections coloniques fonctionelles (aérocolie, flatulence, colopathie spastique) et inflammatoires (colites); en colite, on peut l’employer aussi sou forme de lavement.
Elle est employée dans les affections oculaires (conjonctivites, blépharites) de diverses causes: la sursollicitation des yeux, facteurs irritants de l’air ou de l’eau.
Antalgique, antispasmodique de type musculotrope (par l’action synergique de l’huile essentielle, des flavones et des coumarines, le plus efficient étant le bisabol), elle est utilisée dans les troubles fonctionnels digestifs, inclusivement dans les coliciles digestives.
Elle est cholagoguecholérétique par les acides caféique et chlorogénique, légèrement antitermique par l’herniarine.
Elle est stomachique, stimule la motilité et les sécrétions digestives, surtout gastriques, par les principes amers (composés proasuléniques); elle est utile en digestion lente, anorexie; aussi, en aérogastrie et en eructations.
Par les polyholosides, par les constituents de l’huile essentielle et par les lectines elle est immunomodulatrice et antitoxinique: elle stimule la phagocytose aux granulocytes et inactive les toxines staphylocociques et streptocociques.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Cannelle

Cinnamomi cortex, dénomination sous laquelle sont inclus deux produits : Cinnamomi ceylanici cortex et Cinnamomi cassiae cortex — l’écorce obtenue des branches de l’arbre Cinnamomum ceylanicum Blume = Cinnamomum zeylanicum Nees et, respectivement, Cinnamomum cassia Nees ex Blume = Cinnamomum aromaticum Nees, fam. Lauraceae  

Scortisoara
Le produit contient huile essentielle (dans laquelle prédominent l’aldéhyde cinnamique, à côté d’autres aldéhydes aromatiques, phénols, alcools aromatiques, esters, coumarines), tanin catéchique (cinnamtanin), proanthocyanidols, diterpènes; en Cinnamomi ceylanici cortex il y a encore résines, glucides simples, amidon, mucilages; en Cinnamomi cassiae cortex : cynzéilanine, dérivés phénil–propaniques de type furano–furanique, hétérosides mono– et sesquiterpéniques, dérivés flavaniques (outre les proanthocyanidols, des oligomères avec 4–6 unités).

On considère que la cannelle a des propriétés antiulcéreuses, grâce à l’acide 3–(2–hydroxy–phénil)–propanoïque, à ses glicosides qui ont des propriétés cytoprotectrices ou à la cassioside, cinnamoside et à un dérivé hétérosidique du trimétoxyphénol.
Elle a une action anticoagulante.
Elle est aphrodisiaque et éménagogue; elle s’emploie en affections ginécologiques: leucorrhée, vaginites, oligoménorrhée.
Elle est utilisée en affections digestives: pyorrhée alvéolaire, aérocolie, colopathies spasmodiques, colopathies fermentatives (grâce aux actions antiseptique et carminative), entérocolites, dysenteries, fièvre typhoïde, parazitoses intestinales, ammoébiases
Son effet subtil de croissance de l’immunité et de protection contre les agressions externes se traduit, pharmacodynamiquement, dans son action antiinfectieuse, due à l’huile essentielle: antibactérienne puissante et avec un large spectre (elle détruit aproximativement 98% de bactéries pathogènes: cocci Gram positifs, bacilles Gram négatifs), antivirale, antifongique (face à Candida et Aspergillus, inclusivement face aux moisissures (souches productrices d’aflatoxines; antiparasitaire); elle est utilisée, avec une efficience maxime sous forme d’huile essentielle.
Elle est utile en infections respiratoires: bronchites, pleurites, viroses, inclusivement grippe.
Elle est employée dans les infections urinaires aux bacilles Gram négatifs.
Antiprurigineuse, analgésique, anesthésique, elle s’emploie externe en piqûres d’insectes.
Elle a effet tonique et stimulant au niveau respiratoire, digestif et nerveux; elle est sympathicotonique; s’utilise en affections neuropsychiques: impotence, asthénie, somnolence, dépression; externe, elle s’emploie en lotions et onguents antirhumatismaux, hyperémiants, révulsifs, stimulants; il est contre-indiquée l’application sur la peau des préparations avec de l’huile de cannelle aux enfants de moins de 5 ans (elle est dermocaustique). Elle est employée comme aromatisant et condiment alimentaire.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Capucine

Tropaeoli herba — les parties aériennes de l’espèce Tropaeolum majus L., fam. Tropaeolaceae  

Calatunasi
Le produit contient des glucosinolates (benzyl-glucosinolate = glucotropéoloside).

Comme antifongique (et antibactérienne) elle est utile, en applications locales, dans les micoses cutanées (au niveau du scalp, dans les zones d’intertrigo: axilaire, sous-mammaire, inguinale, interfessier) et unguéales (onychomicose). Elle est recommandée dans les infections urinaires: cystites, piélonéphrites.
Expectorante et antibactérienne, elle est recommandée dans les infections respiratoires: bronchites, pneumonies.
Les glucosinolates ont une action antibactérienne (vis-à-vis des germes gram positifs et gram négatifs), antifongique, expectorante et diurétique.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Cardamome

Cardamomi fructus — les fruits desséchées de l’espèce Elletaria cardamomum (Roxb.) White et Maton = Alpinia cardamomum Hoschburgh. = Ammomum repens Soun., fam. Asteraceae  

Cardamom
Le produit contient de l’huile essentielle, huile gras, amidon, acides organiques, polyholosides azotates, lignine, résine, dérivés flavanoniques, calcones, aurones, proantocyanidols, phosphate de potassium. L’huile essentielle contient, en premier rang, des oxydes (1,8–cinéol) et des esters terpéniques (acétates de terpénil et de linalyle), à côté des monoterpènes, alcools monoterpéniques et camphre.

Il est antibactérien. Comme antihelmintique, il est utilisé dans les parasitoses intestinales.
Il est antiinflammatoire, carminatif et antispasmodique probablement par l’activité analgésique et anestésique locale; il est recommandé en: aérogastrie, aérocolie, colopathies spastiques, troubles somatoformes manifestés par douleur dans la poitrine, associée ou non avec des phénomènes dispeptiques.
Il est tonique et stimulant.
Il est utilisé en rhumes.
Comme stomachique, il améliore les manifestations dyspeptiques associées à l’hypotonie/hyposécrétion gastrique et digestive, en général.
Il est expectorant, étant utile en bronchites.
Il est cardiotonique, probablement par le camphre.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Carthame des teinturiers (faux-safran)

Carthami tinctoriae flores — les fleurs de l’espèce Carthamus tinctorius L., fam. Asteraceae  

Sofranel
Le produit contient des flavonoïdes (cartamine et d’autres, qui leur impriment la couleur jaune et les propriétés tinctoriales).

Expectorant et béchique, il est recommandé pour la toux, inclusivement la toux asthmatique et la toux convulsive.
Il est utile en viroses respiratoires.
Il est antiinflammatoire; certaines sourses le recommandent en affections hépatiques Il est diurétique et diaphorétique.
Il est immunostimulateur et bactériostatique.
Il est cicatrisant –facilite la guérison des blessures.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Carvi (cumin des près)

Carvi fructus — les fruits mûrs de l’espèce Carum carvi L., fam. Apiaceae  

Chimen
Le produit contient de l’huile essentielle (prédominent les cétones monoterpéniques), de l’huile grasse, des protéines, des glucides, des résines, du cire, des coumarines, des stérols, des polyines.

Comme antispastique et carminatif, il est utile dans les affections intestinales: coliques, météorisme, entérocolites.
Mucolitique et expectorant, il est utile dans les affections respiratoires (bronchites).
Il est recommandé dans les affections urinaires.
Étant stomachique, il augmente l’appétit, il est utile en anorexie.
Certaines sourses lui attribuent une action régulatrice au niveu cardiovasculaire (sur la tension artérielle, les fonctions du corde).
Étant galactagogue, il est utile en hypogalactie (réduction de la sécrétion lactée).
Il est antispasmodique, expectorant, diurétique, galactagogue.
Il est mucolitique par les cétones monoterpéniques de l’huile essentielle.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Cassis

Ribes nigri folium — les feuilles de l’espèce Ribes nigrum L. fam. Grossulariaceae  

Coacaz
Les feuilles contiennent des tanins, du rutoside, de la vitamine C, de petites quantités d’huile essentielle.

Les feuilles de cassis sont amer–astringentes, échauffantes et purificatrices . Elles sont employées dans le traitement des affections digestives supérieures: ulcère gastrique, ulcère duodénal, gastrites, duodénites.
Étant urticassées, elles sont utilisées dans la diathèse urique: goutte, lithiase urique.
Comme dépuratives et antialergiques, elles sont employées dans les affections cutanées allergiques : urticaire.
Par la vitamine C, elles ont effet antioxydant; elles sont recommandées en scorbut.
On les emploie pour dépasser les états de fatigue générale, de surmenage . Elles sont recommandées en rhumatisme et en atérosclérose.
Elles sont utiles en pharyngites, angines, rhinites, sinusites, surtout allergiques.
Ayant une action pectorale, elles sont recommandées dans les affections respiratoires, y compris avec insuffisance respiratoire; et aussi dans l’asthme allergique.
Elles sont utiles en colopathies.
Elles sont utilisées dans l’insuffisance cardiaque, où concurrencent les effets diurétique, revigorant, antihypertensif.
Elles sont recommandées dans les affections hépatobiliaires.
Elles sont sudorifiques et diurétiques. Elles sont utiles en affections rénales: glomérulonéphrite et piélonéphrite . Elles sont employées en hypertension, artérite, trombangéite oblitérante.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Cataire (herbe aux chats, menthe aux chats)

Nepetae herba et aetheroleum — les parties aériennes fleuries et l’huile essentielle de l’espèce Nepeta cataria L., fam. Lamiaceae  

Catusnica
Apparentée avec la mélisse. La plante de l’huile essentielle (prédominent les aldéhides, à côté des alcools libres et estérifiés, des lactones –népétalactones), des flavones, des acides triterpéniques et polyphénol–carboxyliques.

Les aldéhides de l’huile essentielle ont un effet négativant, sédatif; sa principale utilisation est dans les troubles anxios–dépressifs aux manifestations somatoformes, manifestées surtout par des contractures musculaires, soit spastiques (prédominance de l’air), soit toniques (prédominance du feu).
Certaines sourses lui attribuent aussi un effet tonique utérin et éménagogue; elle est utilisée en aménorrhée; aussi, en dysménorrhée spastique . Considerée antivirale, elle est employée en herpes.
Antispastique et carminative (par l’huile essentielle), elle est utile pour éliminer les manifestations spastiques aux différents niveaux, surtout digestif (coliques digestives, météorisme, flatulence), mais aussi respiratoire, génital.
Elle est utile pour les maux de dents.
Elle a un effet tonique amer, apéritif et stomachique, étant utilisée en hypotonie/hyposécrétion gastrique, avec ou sans anorexie, souvent somatisation d’un trouble dépressif.
Elle est recommandée dans la céphalée de suprasollicitation (déterminée par la contraction des muscles du scalp).
Par le goût amer, lié aux lactones; en plus, elle est cholérétique par les ODP et antiinflammatoire par les lactones sesquiterpéniques; comme litholitique, elle est utile dans la lithiase biliaire.
Elle est utile dans la toux spastique et pour les douleurs thoraciques faussement angineuses (mimant une souffrance cardiaque, de fait, de nature fonctionnelle ou liée aux structures musculo–ligamentaires de la cage thoracique); certains auteurs mentionnent son utilisation en tuberculose.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Centaurée (petite centaurée)

Centauri herba — les parties aériennes fleuries de l’espèce Centaurium umbellatum Gillib. = Erythrea centaurium (L.) Pers., fam. Gentianaceae

Tintaura
Le produit contient des principes amers à structure sécoïridoïdique, éritrocentaurine, xantones polysubstituées, flavonoïdes, alcaloïdes, lactones, triterpènes, acides phénoliques, huile essentielle, phytostérols, alcool cérilique, acides gras, substances minérales.


Son effet dynamisant se reflète dans la croissance du tonus sympathique et dans la stimulation de la circulation sanguine (elle accroît le tonus des vaisseaux périfériques) et des fonctions digestives: elle accroît la sécrétion et la motilité gastriques ( stomachique et tonique–apéritive ) et biliaire ( cholérétique / cholagogue ) et l’appétit (utile aux pacients avec hypotonie/hyposécrétion gastrique , anorexie , hypotonie biliaire ).
La petite centaurée est un fébrifuge reconnu, étant utilisée en viroses ( grippes , rhumes etc.), mais aussi en malaria (y intervient probablement une action antiparasitaire ); sous forme de lavement, elle s’emploient pour l’élimination des oxyurs .
Elle élimine l’eau en excès, étant diurétique et sudorifique .
Elle est utilisée externe dans la névralgie sciatique , blessures et eczémas .

Revenez à la page de phytothérapie
       
Revenez au commencement de la page

Chanvre sauvage (ortie royale)

les parties aériennes de l’espèce Galeopsis speciosa Mill., fam. Lamiaceae  

Zeabra
La plante contient tanins, saponosides, huile essentielle, glucides (galactose, pentose), un glicoside amer, résines. La composition en sels minéraux (Si, K, Ca, P, Na, Mg) approche de celle du sang humain.

Le chanvre sauvage a effets diurétique, expectorant, dréneur lymphatique et dépuratif (par les saponosides); nettoyant de la sorte le milieu interne de l’organisme (et,à la fois, le sang et la lymphe), tout en soutenant les fonctions du système immun, inclusivement celles du système lymphatique: la plante est employée en maladies systémiques (infectieuses, autoimmunes ou néoplasiques), affectant aussi la rate et les ganglions lymphatiques (lymphadénopathies; maladies lymphoprolifératives: leucémies, lymphomes).
La plante est astringente (par les tanins), antiinflammatoire (par les saponosides), calmante.
Tonique, reminéralisant (par la substance amère, les sels minéraux et les glucides), la plante est utile tant dans la prévention (grâce à son effet dépuratif), que dans la convalescence des maladies (puisqu’elle nourrit et revigore); elle est recommandée en anemie, convalescence, maladies consomptives.
Il utile dans les affections urinaires.
Comme expectorant, il est utile en affections respiratoires: viroses (inclusivement grippe), rinites, pharyngites, laryngites, trachéobronchites, bronchites chroniques, tuberculose (est aussi reminéralisant), en toux de diverses causes, inclusivement avec hémopthisie (y intervient l’action hémostatique des tanins).
Comme dépuratif, il est recommandée dans les maladies dermatologiques causées par l’intoxication de l’organisme: dermatoses, furonculoses.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Chardon bénit

Cardui benedicti herba — les parties aériennes fleuries de l’espèce Cnicus benedictus L. = Carduus benedictus Steud., fam. Asteraceae  

Schinel
Le produit contient des principes amers sesquiterpéniques de type germacranique (cnicine, bénédictine etc.), acides polyphénol–charboxyliques (ODP), traces d’huile essentielle, triterpènes, phytostérols, tanin, acides gras et résiniques, alcool cérilique.

Il tonifie et mobilise. Il est tonique amer et stomachique (par les lactones sesquiterpéniques), cholérétique / cholagogue (par les ODP). Il est employé en anorexie, digestion lente, affections hépatiques et biliaires.
Il est aussi carminatif.
Il est antimicrobien et cytotoxique.
En usage externe, il s’emploie pour les blessures, engélures, plaies, ulcérations.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Chardon Marie

Cardui fructi — les fruits de l’espèce Carduus marianus L. = Silybum marianum (L.) Gaertn, fam. Asteraceae  

Armurariu
Les fruits (achènes) contiennent du flavanonol lignane (1,5–3%), des flavonols (quercétol) et des flavanones (taxifoline). Me flavanonol lignane résulte par la condensation de la taxifoline avec l’alcool coniférilique –le mélange de ces constituents porte le nom de silymarine, étant formé de la silybine, silydianine, silychristine etc., à côté des lipides, protéines, oses.

Il est utile dans les états de convalescence, débilité, dévitalisation. Il est tonique sexuel masculin
Il est antihépatotoxique, hépatorégénérateur, tonique hépatique (par la silymarine), il inhibe la peroxydation des lipides ayant, de la sorte, un effet stabilisateur de membrane; il est employé dans les maladies hépatiques (hépatite chronique active, de cause tant virale, qu’alcoolique cirrhose hépatique, insuffisance hépatique); on l’associe préventivement à certains médicaments ayant un potentiel hépatotoxique.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Chélidoine

Chelidonii herba et radix — les tiges terminales non-lignifiées fleuries et les racines de l’espèce Chelidonium majus L., fam. Papaveraceae  

Rostopasca
Son principe actif est constitué par le total alcaloïdique: au moins 25 alcaloïdes: de type benzophénanthridinique (chélidonine et dérivés, chélérythrine, sanguinarine etc.), protoberbérinique (berbérine etc.) et dérivés de protopine; en plus, un dérivé aporphinique (magnoflorine) et un chinolisidinique (spartéine). Dans la partie aérienne de la plante, les alcaloïdes se trouvent surtout dans le latex, lui imprimant la couleur orange. Elle contient aussi l’acide chélidonique, des traces d’huile essentielle, saponosides, flavones, caroténoïdes, enzimes, substances résineuses, acide nicotinique, ascorbique.

Elle stimule la circulation du sang — la chélidonine est vassodilatatrice, inclusivement coronarodilatatrice; elle stimule la respiration; en plus, elle diminue le cholestérol; elle est utilisée dans les affections cardiovasculaires: hypertension artérielle, cardiopathie ischémique, athérosclérose.
La chélidoine est excitante sur les centres médulaires, stimule le péristaltisme intestinal et les sécrétions digestives (gastrique, intestinale, pancréatique, biliaire), en grandes doses, elle peut produire même des convulsions; la chélérythrine, elle aussi , accroît le péristaltisme intestinal; en doses plus grandes, toxiques, la plante détermine, aussi des purgations violentes, coliques et selles avec du sang .
La chélidonine est cholérétique / cholagogue, mais aussi analgétique, sédative et antispasmodique au niveau biliaire, gastrique, intestinal, bronchique, uterin.
Sa capacite de contrescarrer les agressions se reflète dans les actions antiinfectieuses et antitumorales; chélérythrine, sanguinarine, chélidonine, coptisine et protopine sont antibactériennes; la chélérythrine est, en plus, antivirale et antifongique, et la sanguinarine est antivirale, mais aussi antiinflammatoire; la chélidonine et la sanguinarine sont cytostatiques de type cholchicinique; pour l’effet antiviral et cytostatique le latex est utile, en applications externes, pour l’élimination des papillomes cutanés (verrues).
Le total alcaloïdique a une action cholérétique et cholagogue (étant utile en hypotonies biliaires — excès d’eau), mais aussi antispasmodique (recommandée en coliques biliaires — excès d’air); la plante est employée dans les troubles de motilité biliaire, associés ou non avec la lithiase biliaire.
Elle est utile en affections hépatiques (hépatite chronique, cirose hépatique, spécialement quand s’y associe l’ictère), la plante étant hépatoprotectrice et stimulant la fonction du foie.
Elle est employée en affections respiratoires, surtout avec toux spasmodique.
La chélérythrine peut avoir un effet irritant local.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Chicorée

Cichorii radix et herba — les racines et les parties aériennes fleuries de l’espèce Cichorium intybus L., fam. Asteraceae  

Cicoare
Le produit contient des principes amers; des composés phénilpropanoïques (acide chicorique) –dans les feuilles; des flavonoïdes –dans la partie aérienne; de l’inuline –dans les racines. D’autres constituents: taraxastérols, stérols, dérivés triterpéniques.

Elle est recommandée dans les affections cutanées: dermatites, acnées, éruptions alergiques.
Elle est utile dans les affections urinaires: lithiase urinaire, infections urinaires (où intervient aussi l’action bactériostatique).
Elle s’emploie dans les affections hépatobiliaires: insuffisance hépatique, hépatite, troubles de motilité biliaire . . Elle est bénéfique dans l’hypotonie intestinale, souvent manifestée comme météorisme.
Elle est utile en constipation.
Elle est recommandée dans les états d’asthénie, débilité, convalescence, anémie.
Comme tonique–amère et apéritive (par les substances amères), étant utilisée en anorexie Etant stomachique, elle est utilisée en hypoacidité et en hypotonie gastrique.
Elle est recommandée dans les affections articulaires: artroses, artrites, goutte.
Elle facilite l’élimination de la rétention hydrosaline.
Ayant un léger effet hypoglycémiant, elle est utilisée dans l’alimentation diététique des diabétiques et comme adjuvant dans la cure d’amaigrissement.
La racine est employée comme substitut pour le café.
Farmacodynamiquement, elle a tant une action dépurative, qu’une nourrissante.
Elle est fébrifuge.
Elle est hypotensive et antiarythmique.
Elle est cholérétique et cholagogue (par les composés phénil–propanoïques), laxative (par les lactones), diurétique (par les flavones et les triterpènes).
Elle est nutritive; elle fournie des sels minéraux; elle a un effet tonique général.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Chiendent

Graminis rhizoma — les rhizomes de l’espèce Agropyron repens L. Beauv. = Triticum repens L., fam. Poaceae  

Pir
Le produit contient triticine et inuline (polyfructosans); d’autres glucides simples ou complexes (fructose libre, manitol, inositol, mucilages), traces d’huile essentielle (95% agropyren — un dérivé polyinique et 5% carvone), caroténoïdes, vitamines du complexe B, acide salicilique, sels de potassium.

Il est dépuratif par les effets diurétique, diaphorétique, laxatif, expectorant, cholérétique et cholagogue, inclusivement de dissolution des calcules biliaires; il est employé dans le traitement des affections urinaires (néphrites, infections urinaires, lithiase urinaire), rhumatismales (arthrose, goutte), métaboliques (obésité, hyperuricémie, diabète), biliaires (troubles de motilité biliaire , lithiase biliaire ) et dans les états de retention hydrosaline . .
Il est antiinfectieux (antimicrobien, antifongique — par l’agropyren: l’oxydation très légère du dérivé polyinique avec formation de cétones semble être responsable de l’action désinfectante) et fébrifuge; grâce à cela, il est employé en infections respiratoires (viroses, tuberculose — tant dans les formes aiguës, que les chroniques, y compris en convalescence) et génitales (urétrites).
Il est utile dans l’hypertension artérielle, à l’effet diurétique, s’ajoutant un effet hypotensif, temporairement et proportionnellement avec la dose administrée.
Il est toniquereminéralisant, utile dans la convalescence des maladies inflammatoires/infectieuses.
Certaines sourses le mentionnent dans le traitement des affections hépatiques (en hépatites aiguës, surtout dans la convalescence des hépatites aiguës, en hépatites chroniques, en cirrohses hépatiques, en spécial avec ascite) et en inflammations digestives (gastrites, duodénites, entérocolites); il stimule la sécrétion pancréatique, étant employé dans l’insuffisance pancréatique.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Clous de girofle

Caryophylli flores et aetheroleum — les bourgeons floraux et l’huile essentielle de l’espèce Eugenia caryophyllus (C. Spreng.) Bull. et Harr. = Caryophyllus aromaticus L. = Syzygium aromaticum (L.) Merril et L.M. Perry = Jambosa caryophyllus (Spreng.) Niedenzu, fam. Myrtaceae  

Cuisoare
Ils contiennent de l’huile essentielle, tanin, résines, lipides, mucilages, dérivés 2–métyl–benzopironiques, eugénone. L’huile esentielle contient, en prédominance, du phénol métyl–éthers (eugénol, à côté de l’acétate d’eugénil); sesquiterpènes, esters, phénols, oxydes.

La dynamisation du feu subtil se reflète pharmacodynamiquement dans les actions antiinfectieuses (antivirale, antifongique, antiparasitaire, antibactériénne avec un large spectre, incluant des germes Gram positifs et négatifs), tonique (électropositivante) et stimulante générale et au niveau nerveux (neurotonique), utérin (utérotonique), vasculaire (vasotoniqueaccroissent la tension artérielle), sexuel (aphrodisiaque), cautérisante cutanée et dentaire, probablement antitumorale; mais les clous de girofle sont aussi antiinflammatoires, analgésiques, parasympathicomimétiques; un cumule d’actions antiseptiqueantiinfectieuse, antiinflammatoire et antalgique qui les rend utiles en inflammations, surtout de cause infectieuse, au niveau digestif (stomatites –y compris pour l’hygiène de la bouche –, infections dentaires, entérocolites virales ou bactériennes, y compris avec des manifestations spastiques / colicatives, dysentéries amoébiennes, cholèra, hépatites virales); respiratoire (ammygdalites, sinusites, bronchites, grippe, tuberculose); urogénital (salpingites, métrites, cystites); cutané (acné surinfectée, furoncles, parasitoses, y compris gale); nerveux (nevrites virales –y compris zoster, névralgies, polyomiélite, sclérose en plaques); articulaire (polyartrite rhumatoïde); l’effet tonique–stimulent est valorisé dans les souffrances neuropsychiques (asthénie physique et intellectuelle, épuisement), vasculaires (hypotension); ils sont employés pour alléger les accouchements difficiles; possiblement l’effet antitumoral justifie-t-il son utilisation dans les souffrances néoplasiques, y compris dans la maladie Hodgkin.

Consoude

Symphyti radix — les racines de l’espèce Symphytum officinale L. = Symphytum consolida Gueldenst. ex Ledeb., fam. Boraginaceae  

Tataneasa
Le produit contient alantoïne, carotenoïdes, tanins cathéchiques, composés phénol–charboxyliques (acide caféique et chlorogénique), composés triterpéniques, aminoacides, des traces d’huile volatile, mucilages, alcaloïdes (symphytocynoglosine, consolicine, consolidine, cynoglosine et une série de nécines non saturées).

Elle est cicatrisante, antiinflammatoire, émoliente (par l’alantoïne, les caroténoïdes, les tanins catéchiques, les composés triterpéniques et les mucilages); elle est utilisée dans les affections inflammatoires surtout avec la présence des solutions de continuité et avec des pertes de sang (érosions, ulcérations, ulcère) au niveau des muqueuses (surtout digestives, mais aussi respiratoires et urinaires), des semimuqueuses ou des téguments; la décoction et la tinture préparées des racines de le consoude fraîches ou séchées s’emploient sous forme de compresses ou pour la préparation des onguents, qui s’aplliquent externe en divers traumatismes, névralgies, hématomes et, surtout, pour les fractures, favorisant la formation du calus
Elle est antihémorragique par les tanins.
Elle est utile dans les affections digestives: stomatites, parodonthoses, pharyngites, gastrites, duodénites, ulcère gastrique, ulcère duodénal, hémorragies digestives.
Grâce aux tanins elle est utile en entérocolites (étant antidiarrhéique) et en hémorroïdes, surtout saignants.
En usage externe, on l’utilise pour d’autres types de lésions avec ou sans solutions de continuité et saignement au niveau du tégument (contusions, blessures, brûlures, fissures, y compris fissures anales, excoriations, eczémas, psoriazis, et même cancer de peau), inclusivement pour celles dans le cadre des souffrances veineuses (trombophlébitesulcère variqueux) ou arterielles (artérite).
Elle est recommandée en goutte et dans la spondylite ankylozante; en applications externes, certains auteurs la mentionnent pour les souffrances articulaires: arthroses, arthrites, entorses, luxations.
Elle est expectorante étant employée aussi dans les affections respiratoires (bronchites), surtout accompagnées de hémopthisies.
Sans être un produit fréquemment employé dans les affections urinaires, on peut fructifier son effet cicatrisant surtout celui de l’alantoïne.
Certaines sourses la mentionnent comme remède en cancer avec diverses localisations; l’effet antitumoral est dû aux alcaloïdes. Les alcaloïdes simphytocynoglosine, cynoglosine, consolicine, consolidine ont une action paralisante centrale, et aux nécines on attribue des propriéts hépatotoxiques et cancérigènes.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Coriandre

Coriandri fructus — les fruits mûrs de l’espèce Coriandrum sativum L., fam. Apiaceae  

Coriandru
Le produit contient de l’huile essentielle (prédominent les alcools monoterpéniques), de l’huile grasse, des stérols, des ODP (acide caféique et chlorogénique), des flavones, des coumarines, des furanocoumarines, des izocoumarines, des protéines, des résines, des pectines, des mucilages, du manitol.

Il est utilisé pour les affections digestives fonctionnelles: symptômes dispeptiques, aérophagie, coliques, colopathies spastiques, colopathies fermentatives; aussi, dans les colopathies infectieuses.
Il est recommandé dans les affections rhumatismales (arthroses).
Il stimule la sécrétion lactée; il est recommandé en hypogalactie.
Il est antiinfectieux: antibactérien, antiviral, parasiticide; il est employé dans les maladies infectieuses, surtout digestives (entérocolites), mais aussi urinaires, éventuellement même respiratoires.
Aromatisant et stomachique, il stimule la digestion, étant utile dans l’atonie digestive.
Il est recommandé dans les infections urinaires, en premier rang colibacilaires.
C’est un aphrodisiaque masculin.
Il a une action tonique (y compris neurotonique), stimulante, euforisante (grâce à l’huile essentielle avec des propriétés électropositivantes par le contenu en alcools monoterpéniques), pour laquelle il est recomandé dans les états d’asthénie, fatigue.
Il est antispastique et carminatif, analgésique.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Cresson (cresson de fontaine, cresson d’eau)

Nasturtii herba/folium — les parties aériennes ou seulement les feuilles de l’espèce Nasturtium officinale R. Br., fam. Brassicaceae  

Creson
Le produit contient des protéines, des glucides, d’importantes quantités de sels minéraux (Fe, Mg, P, I, Ca, As, Cu, Zn, S), des vitamines (surtout C, à côté de B1, B2, B3, A et E), une substance amère et un composé avec du soufre et de l’azot ayant, aussi , un goût amer. ON ne l’utilise qu’en état frais –par le sèchement, les principes actifs se perdent.


Il est nommé aussi Nasitort.
Énergétique, il est riche en prana (qi). Physique, il est riche en vitamines –par conséquent, en coenzymes –et en sels minéraux, probablement aussi en oligoéléments. Vitaminisant, tonique, reminéralisant, il est utile en convalescence, en hypovitaminoses (surtout en scorbut) chez les personnes avec une constitution frêle. En plus, il a une action aphrodisiaque .
Il est recommandé dans les cures de désintoxication, dans les maladies métaboliques (obésité, goutte, diabète –il a même un effet hypoglycémiant), en cancer (surtout pour sa prévention) –en ce sens, il a une action similaire à l’ortie; il peut s’associer aussi avec le genévrier commun.
Comme dépuratif, il est utile dans les maladies de la peau: éruptions cutanées etc.; il est employé aussi en applications externes dans les brûlures et les ulcérations et pour combattre la chute des cheveux; on considère qu’il prévient les effets toxiques de la fumée.
Il est stomachique.
Il est utile dans la dyskinésie biliaire et en constipation.
Comme diurétique, il est utile dans les affections de l’appareil urinaire, parmi lesquelles la lithiase urinaire et en oedèmes de cause rénale.
Étant expectorant, il est recommandé en bronchites.
En applications externes, il est utilisé en gingivites et parodontoses, mais aussi dans les affections de l’oreille.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Submit Your Site SmartNetBook.ro

dr Dorin Dragos, Dorin Dragos, la médecine psychocausale, médecine naturelle, médecine naturiste, plantes médicinales, phytothérapie, traitement naturiste, traitement naturel, traitements naturistes, traitements naturels, guérison naturelle