dr. Dorin Dragoş

Chaque plante guérissante est un rayon
vers l'éveil de l'âme et vers la redecouverte de l'essence.

Phytothérapie psychocausale


Allez à la page:

d’Accueil  Causes psychoémotionnelles des maladies  Phytothérapie psychocausale 

Salicaire Sanicle d'Europe Sapin Sauge Sauge glutineuse Sauge sclarée Saule Scolopendre Scrophulaire noueuse Scutellaire Séné Solidage verge d’or Souci Stellaire intermédiaire Stigmates de maïs Sureau Sureau hièble

Salicaire

Salicariae herba — les sommités florales de l’espèce Lythrum salicaria L., fam. Lythraceae  

Rachitan
Le produit contient 7–18% tanins galiques, anthocyanosides, flavones, mucilages, acides gras, cires, phytostérols, huile essentielle, caroténoïdes, vitamine C, glucides simples (glucose, fructose), fer.

Les tanins impriment à la salicaire une action astringente, antidiarrhéique, antihémorragique, hémostatique; elle est employée dans le traitement des hémorragies (métrorragies, hémorragies digestives).
Elle est utile dans le traitement de la diarrhée.
En applications externes, elle est employée en affections cutanées: ulcère variqueux, contusions, dermatites; et en hémorroïdes.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sanicle d'Europe

Saniculae europaeae rhizoma/herba — les rhizomes/les parties aériennes de l’espèce Sanicula europaea L., fam. Apiaceae  

Sanisoara
Le produit contient saponosides (la plus grande quantité en rhizome: 6,6–11%; parties aériennes: 1–4%; sanicule A et B sont principales, et C et D secondaires), résines, tanoïses, acides caféique, chlorogénique et rosmarinique, siringine, lipides, traces d’huile essentielle, sels minéraux.

En usage tant externe, qu’interne, elle peut améliorer les douleurs thoraciques (ressenties dans la poitrine ou intercostal) et douleurs lombaires.
Comme antiinflammatoire (par les résines, probablement aussi par les saponosides), antiseptique (huile essentielle), astringente, cicatrisante, (tanoïses), elle est utile en hémorragies, et en usage externe pour les plaies.
Comme antidiarrhéique (étant astringente), elle est recommandée en divers types de diarrhée aiguë ou chronique: entérocolites, côlon irritable.
Elle a effet tonique digestif, stomachique et apéritif, étant employée en anorexie, dyspepsie; en usage externe, elle est utile en stomatites.
Elle est recommandée en hémopthisies.
Elle est utile aussi en vertiges.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sapin

Abietis turio — les bourgeons recoltés pendant le printemps sur les tiges jeunes de l’espèce Abies alba L., fam. Abietaceae  

Brad
De l’huile essentielle dans laquelle prédominent les hydrocarbures monoterpéniques.

Comme astringent, antidiarrhéique, le remède est utilisé en gastroentérites.
Il est utilisé en rhumatisme.
Il est utile dans les rhumes, surtout en pharyngites et en ammygdalites.
Comme tonifiant (par les hydrocarbures monoterpéniques) et vitaminisant, il est utile en asthénie, débilité, névroses.
Il a une action antivirale. Il est employé dans les affections respiratoires.
Légèrement aigrelet, vaguement amer, il est eupeptique, étant recommandé en anorexie.
Comme diurétique, il est utilisé dans les affections urinaires.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sauge

Salviae folium — les feuilles de l’espèce Salvia officinalis L., fam. Lamiaceae  

Salvie
Le produit contient de l’huile essentielle (les cétones monoterpéniques sont considérées des constituentes principales), des tanins catéchiques, des acides polyphénolcarboxyliques (rosmarinique, caféique, chlorogénique, p–coumarique, férulique), des principes amers diterpéniques, des triterpènes pentacycliques (acides ursolique, crategolique, oléanolique etc.), des phytostérols, des flavones.

La Sauge met en marche les fluides stagnants — elle est recommandée en affections vasculaires (varices, inclusivement hémoroïdes, troubles de circulation périférique).
La perméabilité des canaux subtils et physiques se reflète dans l’amélioration de la circulation sanguine et lymphatique (surtout par les flavones) et dans la détergence des sécrétions (eau et terre), l’atténuation de l’inflammation (feu) et la relaxation du spasme (air) au niveau des tractus respiratoire, digestif et urogénital.
Elle réduit les sécrétions en général, elle est mucolitique par les cétones monoterpéniques et anticatarale, étant utile dans les affections respratoires, surtout de type cataral, avec sécrétions en excès (rhinites, pharyngites, sinusites, amygdalites, laryngites, trachéobronchites, asthme); antisudorifique par les acides polyphénolcarboxyliques (elle réduit la transpiration nocturne des malades de tuberculose); antigalactagogue (elle réduit ou même suprime la sécrétion lactée en excès); légèrement hypoglicémiante, probablement par les tanins qui diminuent l’absorbtion de la glucose, elle est recommandée en diabète.
Antiinflammatoire par les triterpènes, cholérétique par des acides polyphénol-carboxyliques, elle est utile en stase biliaire, cholecystites; elle est légèrement hypotensive, étant utile en hypertension.
Antispasmodique et carminative (par les composés volatiles et par les flavones), elle est utile dans les troubles de motilité digestive, avec météorisme, coliques, dyskinésie biliaire.
Elle a effet sédatif central et périférique, dû surtout à l’action négativante des cétones monoterpéniques — elle est utile dans les troubles neuropsychiques: agitation, anxiété, sursollicitation, asthénie neuropsychique.
En applications externes, elle est cicatrisante, reépithélisante (par les tanins) et antiseptique pour les blessures, ulcérations etc.
Elle est antiseptique (par l’huile essentielle), étant employée dans les infections avec localisations respiratoires, digestives (stomatites, gingivites, abcès dentaires, entérocolites ) et génitales (leucorrhée).
Entassées, les émotions peuvent générer, en timp, par la condensation, une accumulation énergétique avec sensation de "noeud à la gorge", et, ultérieurement, au plan physique, inflammation ou même tumeurs bénignes (papillomes ) ou malignes (si interviennent aussi des traumas affectifs intenses, répétés, de longue durée).
La sublimation de l’énergie créatrice la rendra utile en affections ginécologiques (étant estrogène et éménagogue par l’huile essentielle): leucorrhée, mais aussi vaginite atrophique, dysménorrhée et troubles de flux menstruel (ménométrorragies, mais aussi aménorrhée); trofique pour l’ utérus infantil, elle favorise la conception et la gestation; certains auteurs lui attribuent effet aphrodisiaque.
Elle est antioxydante par l’acide rosmarinique et par les diterpènes.
Astringente par les tanins, elle est recommandée en entérocolites.
Elle est utilisée aussi en rhumatisme.
Les cétones de l’huile essentielle peuvent avoir effets neurotoxiques (des convulsions précédées d’hypersalivation et vomissements ) par l’action centrale. Elle est contre-indiquée aux enceintes (peut avoir aussi des effets abortifs; risque de malformations cardiaques au foetus) et aux enfants.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sauge glutineuse

Salviae glutinosae herba/flos/folium — les parties aériennes/les inflorescences/les feuilles de l’espèce Salvia glutinosa L., fam. Lamiaceae  

Cinstet
Le produit contient de l’huile étérique: 30-50% tuione, 8-14% α–bornéol, 15% cinéol, pinène, camphène, sesquiterpènes, linalool etc.

Utilisé pour les vertiges.
En emploi externe, il s’utilise pour les maux de tête, le rhumatisme.
Comme astringent et bactériostatique, il est utilisé en gastroentérites.
Comme expectorant, il est utilisé pour la toux; comme antisudorifique, il peut être employé pour la transpiration abondante, particulièrement chez les malades de poumons.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sauge sclarée

Salvia sclaraea herba/flores — les parties aériennes ou seulement les inflorescences de l’espèce Salvia sclaraea L., fam. Lamiaceae  

IarbaSfantuluiIoan
La plante contient de l’huile essentielle: alcool diterpéniques (sclaréol), sesquiterpéniques et monoterpéniques, esters monoterpéniques (acétate de linalil, géranil, néril et d’autres.), monoterpènes, sesquiterpènes, coumarines, mais le contenu réduit en cétones (au potentiel neurotoxique, comme est l’huile essentiel de Salvia officinalis). Salvia officinalis ).

Bien qu’amère et astringente, elle a une action rechauffante . La plante est antispasique (par les esters monoterpéniques) et anticonvulsivante, légèrement sédative et calmante; elle est recommandée dans l’ asthénie psychique.
Elle est utilisée en bronchite.
Elle améliore les vomissements.
Elle est recommandée en gingivites, aftes, ammygdalites.
Elle stimule la digestion, étant recommandée en anorexie . Elle s’emploie, externe, pour les corps étrangers entrés dans les yeux ou dans la peau (les graines mucilagineux), excoriations, plaies, ulcérations cutanées, dermites et d’autres inflammations cutanées, micoses cutanées (étant antifongique).
L’action nervine à nuance féminine de la plante est en corrélation avec les effets estrogène, éménagogue, utérotonique, aphrodisiaque (le sclaréol présente des analogies structurales avec l’estradiol), qui la rendent utile dans diverses conditions secondaires à une insuffisance estrogénique (vaginite atrophique, infections génitales, frigidité, troubles menstruels aménorrhée, oligoménorrhée, préménopose ) et la contre-indiquent en mastoses, en néoplasme mamaire et en grossesse; bien qu’estrogénique, la plante ne détend pas la paroi véneuse — au contraire, elle est flébotonique, étant utilisée dans les affections véneuses: varices, hémorroïdes.
Carminative et antispastique, elle est utilisée dans les ballonnements, coliques digestives, surtout dans le contexte d’ anxiété, inquiétude.
Hypocholestérolémiante, probablement aussi antiinflammatoire, antifébrile, colérétique, elle est recommandée en dyslipidémies, maladies fébriles, dyskinésie biliaire.
Elle est employée en rhumatisme.
Elle est antiseptique et antibactérienne face au Pseudomonas.
Il est possible qu’elle ait aussi un effet antidiabétique.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Saule

Salicis cortex — l'écorce de plusieurs espèces du genre Salix : Salix alba L., Salix fragilis L., Salix caprea L., Salix purpurea L., Salix petandra L., Salix cinerea L., fam. Salicaceae  

Salcie
Le produit contient des hétérosides du saligénol et de ses dérivés, des flavones, chalcones, proantocyanidoles, tanin, estriol (un composé estrogénique) dans les fleurs femelles.

Ses actions antiinflammatoire, fébrifuge, analgésique rendent utile l’écorce de saule dans les douleurs de cause inflammatoire ou non, avec diverses localisations (musculaires, articulaires, genitales, névralgiques etc.) et causes: virose, rhumatisme, dysménorrhée, stomatite, hémorroïdes, durioane (durillons), névralgies etc.; étant aussi sédative, elle est recommandée pour les sensations douloureuses ayant une composante (parfois exclusivement) fonctionnelle, associées aux névroses, troubles anxieux, troubles dépressifs, états d’ hyperexcitabilité, insomnie.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Scolopendre

Phyllitis scolopendrium (L.) Newman, fam. Aspleniaceae  

Navalnic
Elle contient, avec prédominance, des mucilages.

Par le mucilage et le tanin, elle est astringente, calmante, cicatrisante, étant utile en diarrhée et dans les lésions ulcératives des muqueuses, et externe, pour les plaies et les eczémas.
Elle est employée quand apparaissent des phénomènes obstructifs: oclusion intestinale, lithiase biliaire et lithiase vésicale.
Elle est utilisée en hernie.
Elle est employée en toux, inclusivement en tuberculose.
Elle est indiquée aussi dans les affections spléniques.
Comme diurétique, elle est utile dans les affectins rénales.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Scrophulaire noueuse

Scrophulariae herba — les parties aériennes fleuries de l’espèce Scrophularia nodosa L., fam. Scrophulariaceae.

Buberic
Le produit contient des iridoïdes (aucuboside, harpagoside), des saponosides stéroliques fort hémolisantes, des acides aromatiques, y compris des acides polyphénol–carboxyliques (caféique, coumarique, férulique, hydroxybenzoïque, protocatéhique, synapique, vanilique), des oses (glucose, fructose, saccharose, raffinose, stahiose), des poliols (dulcitol, manitol), des sels minéraux.

Interne, elle s’emploie pour les affections cutanées chroniques (eczéma, psoriazis, urticaire, pyodermite, plaies, prurite); externe, elle s’emploie pour: blessures, brûlures solaires, brûlures superficielles de petites étendues oeritèmes, ulcères, dermites, infections fongiques Elle est antiinflammatoire, antifébrile (par les iridoïdes, les saponozides), étant utilisée dans les affections inflammatoires: en applications externes, en angine, ammygdalite, hémorroïdes (inflammations, congestionnés); interne, en mastite, adénopathies, adénites (y compris scrofuloses).
Elle est utile pour l’élimination des vers intestinaux.
Elle est dépurative, diurétique, laxative.
Elle stimule le foie.
Elle est analgésique par les iridoïdes; cicatrizante.
Elle stimule le coeur et la circulation; elle est utile à ceux qui ont une circulation déficitaire; elle est contre-indiquée dans les affections cardiaques.
Elle est recommandée dans les affections rhumatismales.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Scutellaire

Scutellariae herba — les parties aériennes de l’espèce Scutellaria lateriflora L., fam. Lamiaceae  

GuraLupului
Le produit contient iridoïdes (catalpol et d’autres), flavonoïdes (scutellarine et d’autres.), huile essentielle, tanins.

Elle est utile dans les états d’épuisement nerveux – psychasthénie.
Astringente par les tanins.
Elle est bonne pour les troubles neurovégétatifs avec un substrat psychique et pour les troubles somatoformes aux symptômes respiratoires, digestifs, cardiovasculaires, génitaux, urinaires.
Elle est utile dans les maux de tête déterminés par la tension; aussi, en névralgies.
Par les iridoïdes, elle est amère et antifébrile, utile chez les patients fébrils, surtout avec un fond psychique irascible; elle pourrait avoir aussi des effets stomachiques et biliaires, surtout chez les personnes irritables, tendues. Elle stimule la fonction rénale – elle est diurétique; elle a effet éménagogue.
Elle est recommandée dans différents troubles psychiques: isthérie, anxiété.
Comme sédative et antispasmodique, elle est utilisée dans les affections neurologiques avec des manifestations convulsives (épilepsie etc.) et en delirium tremens; elle règle le rythme sommeil–veille, étant utile à ceux ayant l’ insomnie – elle facilite l’abandonnement du traitement avec des barbituriques et tranquillisants; en excès, elle est toxique: peut provoquer vertige, stupeur, confusion et fasciculations musculaires; peut avoir effet abortif, étant contre-indiquée aux femmes enceintes.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Séné (cassia)

Sennae folium et fructus (folliculi) — les folioles et les gousses de plusieurs espèces du genre Cassia : Cassia angustifolia Vahl., Cassia acutifolia Del. = Cassia senna L. et Cassia obovata Coll., fam. Cesalpinaceae  

Siminichie
La plante contient antracénosides (dérivés de réol, émodol, aloëémodol, crisophanol: sénosides, sénidol, etc.), flavonosides, polyholosides acides, polyols, dérivés naphtaléniques, phytostérols, huile essentielle, cires, tanins, sels minéraux, résines avec des propriétés irritantes pour la muqueuse gastrique (d’où, l’effet émétique).

La plante est connue aussi sous la dénommination de senna.
En doses de 0,5–2 g, le séné a une action laxative (les fruits, spécialement, — s’emploient surtout aux enfants) ou purgative (action plus drastique); il est utilisé en différentes formes de constipation (aiguë, occasionnelle, chronique, rebelle à d’autres traitements, par parésie intestinale), mais aussi pour l’évacuation de l’intestin en vue des investigations (colonoscopie etc.) ou des interventions chirurgicales sur le colôn.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Solidage verge d’or (verge d’or)

Solidaginis summitates — les sommités florales de l’espèce Solidago virga-aurea L. fam. Asteraceae  

Splinuta
Le produit contient huile essentielle, saponosides triterpéniques, substances amères diterpéniques, composés sesquiterpéniques (azulènes), tanins catéchiques, acides polyphénol–carboxyliques (acide caféique, acide chlorogénique), flavonosides, coumarines, polyholosides F1 et F2 (fructanes), hétérosides du saligénol.

Astringente, antidiarrhéique, antihémorragique, cicatrisante par les tanins; comme antiseptique et astringente elle s’emploie pour le traitement des lésions ulcératives, infectées ou non, du niveau de la peau (plaies ) ou muqueuses, surtout digestives: lésions de la cavité bucale (aftes, stomatites, mais aussi en névralgies dentaires), dans les syndromes diarrhéiques de diverses causes (entérocolites), inclusivement quand s’y associent des hémorragies intestinales (dysenthérie etc.); comme astringente (antihémorragique et cicatrisante), en métrorragies.
Antiinflammatoire par les saponosides, les azulènes et les dérivés du saligénol; les hétérosides du saligénol ont aussi des effets antipirétiques, analgésiques et antiagrégants plaquétaires.
Elle est immunomodulatrice (par les polyholosides) et antiseptique.
Expectorante par les saponosides, elle est utile en affections respiratoires; intervient, probablement, aussi l’effet antiseptique.
Diurétique par les flavonosides et les saponosides; elle est utilisée dans les retentions hydrosalines, dans les affections urinaires (lithiase urinaire, infections urinaires — elle est aussi antiseptique ) et rhumatismales .
Cholérétique et cholagogue par les acides polyphénol–carboxyliques, elle est utile en affections biliaires.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Souci

Calendulae flores — les inflorescences ("les fleurs") de l’espèce Calendula officinalis L., fam. Asteraceae  

Galbenele
Le produit contient des saponosides, alcools triterpéniques, stérols, flavonosides, carotenoïdes, composés poliiniques, coumarines, dérivés phénol–carboxyliques (acide chlorogénique, caféique, vanilique, siringique, o–coumarique), tanins, substances amères, traces d’huile essentielle (sesquiterpènes oxygénées), résines, esters du cholestérol aux acides gras, polyholosides omogènes, vitamine C, substances protéiques, sels minéraux (Mn).

Le souci a une particulière action antiinflammatoire, mais aussi antispastique (il est connu l’effet antispastique de la couleur orange – la couleur des fleurs de la souci); les agents agresseurs peuvent être dotés d’un corp physique (agents infectieux, déterminant: infections virales, infections bactériennes, infections fongiques ) ou non (énergies éthériques – génèrent des tumeurs; énergies astrales basses – déclanchent des émotions inférieures); la souci réprésente l’un des plus efficients remèdes pour toutes sortes de lésions qui affectent l’intégrité de la peau ou des muqueuses; étant donné les actions antiinflammatoire (due aux saponosides), trofique, protectrice, cicatrisante (saponosides, caroténoïdes, flavones), elle est utilisée dans les inflammations / ulcérations cutanées, digestives, génitales; son action antispastique est valorisée dans les troubles functionels digestifs (y compris biliaires ) et génitaux.
Il a une reconnue action immunostimulatrice (par les polyholosides), antiinfectieuse (antibactérienne, antifongique, antivirale, antitrichomonasique ) et antitumorale.
Il est utile dans les affections digestives: stomatite, pharyngite, gastrite, duodénite, entérocolite; ulcère gastrique, ulcère duodénal; y compris hémorroïdes.
Comme antiinflammatoire, antiprurigineuse, antiinfectieuse, dépurative et sudorifique, il est utile dans les affections cutanées: plaies, engélures, brûlures, piqures d’insectes, érythème, eczémas, fissures, fistules, acnées, ulcère variqueux Il a effet cholérétique et cholagogue (par les esters caféyl–quiniques), utiles en affections biliaires: dyskinésie biliaire, cholécystites (intervient aussi l’effet antispasmodique); il a effet hypolipémiant (par les saponosides).
Il a une action éménagogue et estrogénique (par les stérols); elle est utile en dysménorrhée (s’y ajoute l’action antispamodique), étant à élire pour les personnes irritables (inflammables), agitées, inquiètes, affaiblies, éventuellement frileuses; d’où, sa recommandation pour les douleurs menstruelles chez les femmes anémiques ou dépressives; il est employée aussi en vulvovaginites, leucorrhée, trichomonase (intervient aussi un effet spécifique antitrichomonasique); il a effet spermicide (par les saponosides).

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Stigmates de maïs

Maydis stigmata — les styles et les stigmates des fleurs femelles de l’espèce Zea mays L., porumb, fam. Poaceae

MataseaPorumbului
Le produit contient des flavonoïdes, saponines, sels de potassium, vitamines K, C, B6, E, alantoïne, stérols (stigmastérol, β–sitostérol), lipides, oses, tanins, huile essentielle, résines, substances minérales.

Comme diurétique (par le sinergisme d’action entre les flavonoides, saponines et sels de potassium), il est utile en obésité et dans les états de rétention hydrosaline (oedèmes, ascite, hydrotorax, de règle associés à l’ oligurie ) de diverses causes, parmi lesquelles: insuffisance cardiaque, glomérulonéphrite, troubles hormonaux feminins (prémenstruels, ménopause); il est aussi laxatif.
Il est employé dans les affections urinaires: lithiase urinaire, infections urinaires (outre l’effet diurétique, intervient aussi l’antiinflammatoire).
Il est recommandé dans les affections articulaires: arthroses, arthrites, goutte (où intervient aussi l’effet d’élimination de l’acide urique).
Étant hémostatique, il est utile dans les affections ginécologiques (métrorragies, ménorragies avec ou sans dysménorée, y compris pendant la période périclimactérique), surtout s’il s’agit d’une femme obèse, ayant tendance à retenir l’eau et le sel et/ou souffrant d’affections urinaires, rhumatismales, biliaires.
L’effet cholagogue le rend utile en cholécystopathies.
On lui attribue l’effet hypoglycémiant.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Sureau

Sambuci flores — les fleurs détachées des inflorescences de l’espèce Sambucus nigra L., fam. Caprifoliaceae  

Soc
La caractéristique en est la présence des hétérosides cyanogènes. Le produit contient encore flavonosides, amines aliphatiques (elles impriment l’odeur écoeurant des fleurs récemment récoltées), huile essentielle, acides polyphénol–carboxyliques (caféique, férulique, chlorogénique libre et glycosidé), acide malique, tanins, saponosides, polyuronides, mucilages, sels minéraux, vitamine C.

Les fleurs de sureau sont expectorantes (grâce aux saponosides) et sudorifiques, décongestives et diurétiques (grâce aux flavonosides, saponosides, acides polyphénol–carboxyliques et au nitrate de potasium); de même, elles sont laxatives. Elles sont recommandées en obésité grâce à l’association des actions diurétique, diaphorétique et laxative; la même association d’effets les recommande aussi comme dépuratives, au sens de favoriser l’élimination des substances toxico–résiduelles de l’organisme; comme diurétiques, elles sont employées dans les retentions hydrosalines de diverses causes (cardiaques, rénales etc.) et en affections urinaires et articulaires.
La combinaison d’effets diaphorétique (et, par cela, fébrifuge), antitusif (par la sambunigroside), expectorant, émolient, antiseptique (par les composés volatiles) et, possiblement, immunostimulateur (par les polyholosides ou lectines) recommande les fleurs de sureau pour le traitement des viroses respiratoires (rhinites, pharyngites, laryngites, trachéobronchites, adénoviroses, grippe).
Elles sont considérées antalgiques, utiles dans la névralgie de trijumeau, sciatique, périarthrite scapulohumérale; on leur attribuent, aussi, une action maturative, étant utile en application externes pour les furoncles, les abcès; toujours en applications externes, s’emploient aussi pour les engélures, crises aiguës de goutte, conjonctivites et orgellets.
Elles sont galactagogues.
Elles sont émolientes par les mucilages.
Elles sont employées surtout dans la pathologié pédiatrique: depuis le banal rhume (avec la sensation typique de nez bouché) ou constipations, jusqu’aux cochmares, pavor nocturne et crises d’ asthme bronchique (surtout nocturnes).

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Submit Your Site SmartNetBook.ro

dr Dorin Dragos, Dorin Dragos, la médecine psychocausale, médecine naturelle, médecine naturiste, plantes médicinales, phytothérapie, traitement naturiste, traitement naturel, traitements naturistes, traitements naturels, guérison naturelle