dr. Dorin Dragoş

Chaque plante guérissante est un rayon
vers l'éveil de l'âme et vers la redecouverte de l'essence.

Phytothérapie psychocausale


Allez à la page:

d’Accueil  Causes psychoémotionnelles des maladies  Phytothérapie psychocausale 

Valériane Verge d’or Vergerette Véronique Verveine Vigne Vipérine Yèble

Valériane

Valerianae radix — les rhizomes et les racines de l’espèce Valeriana officinalis L., fam. Valerianaceae  

Valeriana
Le produit contient huile essentielle (dérivés monoterpéniques et sesquiterpéniques), valépotriates (composés iridoïdiques de type valtrat etc.), alcaloïdes actinimidiques, glucides, acides polyphénol-carboxyliques (caféique, chlorogénique), d’autres acides organiques, acides gras, tanins, stérols, protides, enzimes, résines.

Les valépotriates et les composés volatils lui impriment une action anxiolitique, sédative générale (manifestée particulièrement au niveau du corde), tranquillisante ou même narcotique; elle est utilisée en insomnies, troubles anxieux, inclusivement avec de variées somatisations, au niveau digestif, respiratoire, génital et, surtout, cardiaque.
Elle est utile pour les neurovégétatifs, hystériques et les personnes hyperexcitables, qui réagissent d’une manière disproporţionnée aux stimulus.
Elle est antipyrétique.
Elle a effet anesthésique local; est utile en névralgies.
Comme spasmolitique musculotrope, elle est utile en affections digestives, surtout fonctionnelles: spasmes, coliques, vomissements, ballonnements, troubles dyskinétiques digestifs: dyskinésies gastriques, dyskinésies intestinales, dyskinésies biliaires.
Elle est utile dans les troubles menstruels (dysménorrhée) et de ménopause.
Elle est recommandée dans l’hypoaciditée gastrique.
Elle est utile pour les symptômes respiratoires fonctionnels: dyspnée psychogène, spasme bronchique conditionné psychiquement.
De même, pour les symptômes cardiaques fonctionnels: palpitations, douleurs précordiales.
Elle est anticonvulsivante et hypotensive.
Comme antidépressive et timoleptique, elle est utile dans les troubles dépressifs.
Certaines sourses recommandent son utilisation en infections (entérocolites, dysenthérie) et contaminations (parasitoses, helminthiases) digestives.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Vergerette

les parties aériennes de l’espèce Erigeron canadensis L., fam. Asteraceae  

Batranis
Le produit contient de l’huile essentielle, de la choline, des acides organiques, des sels minéraux.

Elle élimine ou sèche l’eau en excès, ce qui se reflète dans les effets diurétique et astringent; elle est aussi hémostatique Elle focalise, empèche la dispersion – elle est utile dans le contrôle du potentiel sexuel, mais aussi comme aphrodisiaque.
L’action équilibrante sur le plan sexuel/social la rend utile dans les affections du tractus urinaire (cystite, glomérulonéphrite) et génital (ménométrorragies). Elle élimine la rigidité aux niveaux subtil, énergétique et phyisique, étant efficiente dans les affections rhumatismales.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Véronique

Veronicae herba — les parties aériennes de l’espèce Veronica officinalis L., fam. Scrophulariaceae  

Veronica
La plante contient des iridoïdes (glycosides de type aucubinique), saponosides, tanin, substances amères, huile éthérique, acide caféique, acide vanilique, acide protocatéchique etc.

Cholagogue et diurétique, elle est employée en lithiase biliaire et en lithiase rénale . Elle est utilisée dans les souffrances rhumatismales.
Comme stomachique et tonique digestive, elle est recommandée en anorexie. Elle est employée pour la bronchite, asthme, enrouement, toux, affections pulmonaires.
Elle est recommandée en coliques abdominales et névralgies.
Astringente et vulnéraire, elle s’utilise externe en affections cutanée : blessure, brûlures, eczémas . .

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

 

Verveine

Verbenae herba — les parties aériennes fleuries de l'espèce Verbena officinalis L., fam. Verbenaceae  

Verbina
Le produit contient substances amères, iridoïdes (verbénaloside), tanins, saponines, mucilages, oses au goût doux. Certaines sourses mentionnent l’existence des hétérosides cardiotoniques.

Elle est recommandée en anemie fériprive.
Certaines sourses mentionnent son utilisation en toux (probablement liée des saponosides).
Par les substances amères, la verveine est tonique–amère et apéritive — elle accroît le pouvoir digestif, étant utile dans les troubles dyspeptiques.
La verveine est antiinflammatoire et analgésique (par les iridoïdes), étant utilisée en névralgies (inclusivement sciatique, lumbago), migraines, maux de tête, maux d’yeux, maux de dents, maux d’oreilles, douleurs intercostales, douleurs pleuritiques, points de côtés, arthralgies, douleurs périarticulaires, goutte, douleurs posttraumatiques (conséquences des coups entorses, contusions, écchymoses).
Son effet anestésiant paraît être dû à une action de potentialité des prostaglandines.
Elle a effet émolient, grâce aux mucilages et effet vulnéraire, lié tant des iridoïdes antiinflammatoires, que des tanins astringents — elle est utile dans le traitement des plaies, ulcérations, abcès.
Certains auteurs la recommandent dans les affections urinaires (lithiase urinaire, hématurie) et dans la retention hydrosaline (sans préciser aucun effet diurétique).
On lui attribue effet galactagogue.
Les substances amères la rendent utile dans les affections hépatobiliares.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

 

Vigne

les feuilles de l’espèce Vitis vinifera L., fam. Vitaceae  

VitaDeVie
Les feuilles en contiennent: tanins catéchiques, anthocyans, esters des acides hydroxycinnamiques et tartriques, sels minéraux.


Les feuilles de vigne diminuent le cholestérol et améliorent la circulation, ce qui se reflète dans leur utilité en affections vasculaires, tant artérielles (hypertension), que veineuses (phlébites, varices). Elles sont employées en hypertension. Etant antiinflammatoires, elles sont utilisées, en applications externes, en stomatites, pharyngites, conjonctivites.
Comme diurétiques, elles sont utiles dans les affections urinaires; comme dépuratives, elles sont recommandées dans les affections métaboliques: hypercholestérolémie.
Par l’effet astringent et hémostatique des tanins, elles sont utiles en diarrhée et en hémorragies, surtout utérines (ménorragies, métroragies); de même, dans les troubles de ménopause. Elles sont antioxydantes.
On leur attribuent une action antitumorale.
Elle sont employées en éruptions cutanées.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

 

Vipérine (herbe aux vipères)

Echii herba — les parties aériennes fleuries de l’espèce Echium vulgare L., fam. Boraginaceae  

IarbaSarpelui
La plante ressemble à la consoude, tant du point de vue botanique, que de la composition: elle contient des alcaloïdes (consolidine, cynoglossine), des mucilages, des tanins et de l’alantoïne. Aussi, des résines, des sels de potasium et du calcium.

Dépurative, diurétique et sudorifique, elle a une action purificatrice.
Elle est antibiotique, avec un effet démontré sur les staphylococs et entérobactéries; certaines sourses la considèrent antitumorale grâce à l’alantoïne.
Sa principale utilisation est pour la diarrhée infectieuse (entérocolite, disentérie).
Elle est utile dans les infections respiratoires, étant valorsés ses effets émolient (grâce aux mucilages), expectorant et antibiotique.
Elle est cicatrisante par l’alantoïne et par les tanins. C’est pour cela qu’elle est employée en applications externes pour les stomatites, pharyngites, et aussi, pour des affections cutanées: plaies, furoncles.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Yèble (hièble, sureau hièble, petit sureau)

Sambuci ebuli folium, flos, fructus, rhizoma et radix — les feuilles, les fleurs, les fruits, les rhizomes et les racines de l’espèce Sambucus ebulus L. fam. Caprifoliaceae  

Boz
Les fleurs contiennent du rutoside, des amines, des dérivés phénoliques. La tige et les feuilles contiennent de l’huile essentielle, des saponines, des tanoïses, des substances amères. Le rhisome et les racines contiennent des traces d’huile essentielle, de l’acide valérianique, des saponosides, du tanin, des substances amères. Les fruits contiennent des traces d’huile essentielle, de l’acide tartrique, de l’acide malique, des anthocyanosides.

Comme analgésique et antiinflammatoire elle s’emploie dans les blessures , contusions , maux de dents , douleurs musculaires , douleurs articulaires , douleurs périarticulaires (y compris périartrite scapulohumérale); comme antiallergique elle est utile dans les piqures d’insectes; elle est considérée antispastique.
Elle est, en premier rang, un important dépuratif , toutes ses parties contenant des principes actifs aux propriétés diurétiques (utiles dans les affections rénales , rétention hydrosaline: oedèmes , ascite), laxatives / purgatives (constipation), sudorifiques (rhumes , fièvre), expectorantes (toux), vomitives; les feuilles ont, particulièrement, des effets vomitifs et catartiques; en plus, sont employées comme insectifuge.

Vous pouvez trouver des détails ici…
  
Revenez à la page de phytothérapie
  
Revenez au commencement de la page

Submit Your Site SmartNetBook.ro

dr Dorin Dragos, Dorin Dragos, la médecine psychocausale, médecine naturelle, médecine naturiste, plantes médicinales, phytothérapie, traitement naturiste, traitement naturel, traitements naturistes, traitements naturels, guérison naturelle